Etude antigénique de 337 souches de Neisseria meningitidis isolées au Mali. Intérêt épidémiologique et vaccinal

Description
Etude antigénique de 337 souches de Neisseria meningitidis isolées au Mali. Intérêt épidémiologique et vaccinal

Please download to get full document.

View again

of 5
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Geometry

Publish on:

Views: 0 | Pages: 5

Extension: PDF | Download: 0

Share
Tags
Transcript
  EPIDEMIOLOGIE Mdd Mal Infect. 1995;25, 1132-6 Etude antig6nique de 337 souches de eisseria meningitidis sol6es au Mali. Intdr t 6pid6miologique et vaccinal B. KOUMARE , M. ACHTMAN , M. CISSE , J.F. WANG , M. GIOVANNA et T. DOUMBIA RESUME Notre 6tude a port6 sur 337 souches de mdningocoques isol6es au Mali entre 1989 et 1992. Parmi ces souches, 163 proviennent de LCR et 174 de pr61~vements de gorge. Le sdrogroupe C repr6sente 90 des souches isoldes de LCR et 33 de celles isoldes de la gorge. Nous avons pu ddterminer la for- mule antig6nique de ces diff6rentes souches. Ainsi nous avons trouv6 que pour le sdrogroupe A, le type de prot6ine de classe 1 existant est le P1.9 caract6ristique du clone IV.1 responsable d'dpid6mies en Afrique entre 1981 et 1984 mais existant actuellement ~ l'6tat end6mique. Toutes les souches de sdrogroupe C isol6es du LCR et une majorit6 de souches provenant de la gorge, poss6dent un nouveau type de la protdine de classe 1 auquel nous avons donn6 le nom Pl.y. Le Pl.y est caract6ristique des souches maliennes de sdro-groupe C; il est rare ou absent dans les souches provenant d' autres pays (Etats-Unis, Ghana, Burkina Faso, Italie). Mots-cl6s : M6ningite - M6ningocoque - Vaccins - Protdine de membrane externe - Mali. Pays faisant partie de la ceinture m6ningitidique d6crite par Lapeyssonnie en 1963 (1), le Mali a connu de 1930 ~t 1992, six grandes 6pid6mies toutes dues ~t Neisseria meningitidis de s6rogroupe A (2). Cependant, depuis 1988, le s6rogroupe C a supplant6 le s6rogroupe A (3) eta 6t6 ~t l'srcine de bouff6es 6pid6miques localis6es ~t Kolokani (150 km de Bamako) en 1990, ?~ Dalakana (40 km de Bamako) en 1991 et ~t Faladi6 (60 km de Bamako) en 1993. Les souches de N meningitidis peuvent &re caractEri- s6es par leur formule antigdnique bas6e sur l'identifi- cation du polysaccharide capsulaire et des prot6ines de membrane externe (PME) de classe 1 et 2 ou 3 (4). Les sp6cificit6s antigEniques du polysaccharide capsulaire permettent de d6finir les s6rogroupes (A, B, C, X, Y, Z, W135, 29E), les prot6ines de classe 2 et 3 dEfinissent les s6rotypes et la prot6ine de classe 1 d6finit les sous- types (P1.1, P1.2, etc...). Avec l'analyse des isoenzymes * Regu le 25.10.94. Acceptation ddfinitive le 26. L95. ** Institut National de Recherche en Sant6 Publique, Service de Bact6riologie-Virologie, BP 1771, Bamako, Mall. *** Institut Max Planck de G6n6tique moldculaire, Berlin. de la membrane interne et les sous-types de la protdine de classe 1, Olyhoek (5) a d6crit des clones dans le s6rogroupe A. Ainsi chaque 6pid6mie de m6ningite ?~ N meningitidis a pu atre caract6ris6e par le clone qui en a 6t6 le responsable. Par ailleurs, la prot6ine de classe 1 provoque l'apparition d'anticorps protecteurs chez l'animal et est consid6r6e comme candidat vaccin; cet effet protecteur est sp6cifique de sous-type (6, 7, 8). Afin de caract6riser les souches maliennes dans le contexte de l'6piddmie actuelle sdvissant en Afrique (9) et contribuer aux efforts de recherche de nouveaux types de vaccin, nous avons entrepris d'6tudier la struc- ture antigdnique de 337 souches de N meningitidis iso- 16es au Mali entre 1989 et 1992. M TERIELS ET METHODES Trois cent trente sept souches de N meningitidis ont fait l'objet de ce travail. Parmi elles, 163 provenaient de LCR pr61ev6s chez des malades atteints de m6ningite et 174 de pr61bvements de gorge faits dans l'entourage imm6diat des malades (families ou 6coles). Les pr61~- vements de LCR apr~s l'6tude cytologique (num6ration 1132  des cellules, formule leucocytaire) ont 6t6 ensemenc6s sur g61ose au sang cult additionn6 d'isovitalex et incu- b6s 5 37°C sous CO2 pendant 24 heures. Les colonies apparues au bout de ce temps ont 6t6 identifi6es par leurs caract~res morphologiques, biochimiques (oxy- dase +, caract~res sur galerie Rapid NH de Biotech) et antig6niques (agglutination sur lame avec les s6rnms antipolysaccharides A, B, C, X, Y, Z, W135, 29E). L'extraction des prot6ines de membrane externe des bactEries a ensuite 6t6 faite apr~s broyage par les ultra- sons et centrifugation ~ 7 000 t/min pendant 6 minutes puis ~ 14 000 t/min pendant 15 minutes. Le culot conte- nant les prot6ines de membrane externe a 6t6 dissout dans un solvant sp6cial : le LUG (un m61ange de tris [hydroxymEthane] aminom6thane, dod6cylsufate de sodium, glycOrol, b~tamercapto6thanol et de bleu de bromothymol). La solution obtenue a 6t6 soumise ~t une filectrophor6se sur SDS Page et les gels obtenus color6s au bleu de Coomassie ou utilis6s pour un transfert sur feuille de nitrocellulose en vue de la r6alisation du Western-blot. La technique ELISA et le Western-blot ont 6t6 pratiqu6s l'aide d'anticorps monoclonaux de somis produits partir de nos souches ~ l'Institut Max Planck et de tous les anticorps monclonaux dirig6s contre les sous-types de prot6ine de classe 1 et figurant dans la collection de J. Poolman, W. Zollinger, J. Heckels et M. Achtman (10). RESULTATS Etude bact~riologique Elle a pennis d'identifier les diff~rentes souches de la faqon expos6e dans le tableau I. De ce tableau, il ressort que le m6ningocoque de sdrogroupe C repr6sente 90 des souches isol6es du LCR et 33 des souches isol6es de la gorge. Pour la premiere fois au Mali, nous avons isol6 le m6ningocoque de s6rogroupe X dans le LCR et dans la gorge et le m6ningocoque de sdrogroupe 29E dans la gorge. De nombreuses autres espbces de Neisseria et de Kingella existent ?~ l'6tat de portage commensal dans la gorge; elles repr6sentent dans cette 6tude 61 des souches isol6es h ce niveau. Elles peuvent cependant exceptionnellement provoquer des infections (m6nin- gites, infections bronchiques). I1 est int6ressant de noter l'isolement de N. gonorrhoeae des pr61~vements de la gorge; ce r6sultat doit inciter ~ la prudence lots de la recherche de porteurs rhinopharyng6s de N. menin- gitidis. Etude de biologie mol~culaire Elle a 6t6 r6alis6e uniquement sur les m6ningocoques de s6rogroupes A (19 souches), C (204 souches) et X (4 souches). TABLEAU I : Identification des souches de eisseriaceae isol~es de 989 ~ 992 Esp~ces Neisseria meningitidis : S6rogroupe PrEl~vements A C X 29E Autres Total LCR 16 146 1 163 Gorges 3 58 3 4 106 174 TotM 19 204 4 4 106 337 Autres - Neisseria meningitidis non s~rogroupables = 11, - Neisseria cinerea = 4 - Neisseria gonorrhoeae = 10, - Neisseria sicca = 4, - Neisseria lactamica = 63, - Kingella kingae = 14. Sur la galerie Rapid NH, les diff6rentes esp~ces ont entre autres les caract~res suivants : - Neisseria meningitidis : PRO+, GLU+, SUC-, GGT+, ONPG-, - Neisseria gonorrhoeae : PRO+, GLU+, SUC-, GGT-, ONPG-, - Neisseria lactamica : PRO+, GLU+, SUC-, GGT-, ONPG-, - Neisseria cinerea : PRO+, GLU-, SUC-, GGT-, ONPG-, - Neisseria sicca : PRO+, GLU+, SUC+, GGT+, GGT+, ONPG-, - Kingella kingae : PRO- (81 ), GLU+, SUC-, GGT+, ONPG-. N.B. : PRO = hydrolyse de la proline-P-nitroanilide, GLU = utilisation du glucose, SUC = utilisation du sucrose, GGT = presence de la gamma-glutamyl-transf6rase, ONPG = hydrolyse de l'orthonitrophenylgalactoside. 1133  Protdine Fly~ C C C C C C C C C C Sdrogroupes Fig. 1 : R6sultat du Western-Blot avec 10 souches de m6ningocoque C et 2 souches de m6ningocoque A. L anticorps monoclonal fabriqu6 ?~ partir des souches C marque uniquement la bande P1 des souches C et non celle des souches A. • SDS Page Toutes les souches de m6ningocoque de s6rogroupes A et C poss6dent les prot6ines de classe 1 et 5. Par contre la protEine de classe 2 a 6t6 retrouv6e uniquement chez les mdningocoques de sErogroupe C et la prot6ine de classe 3 chez les souches de s6rogroupe A. En effet ces 2 prot6ines sont mutuellement exclusives; celle de classe 2 ddfinit le s6rotype 2 et celle de classe 3 le s6ro- type 4. • Whole Cell Elisa et Western-blot L identification des protdines de membrane externe (PME) ~ 1 aide des anticorps monoclonaux existants et ceux fabriqu6s ?a partir des souches maliennes a donn6 les r6sultats suivants : • Les 19 souches de m6ningocoque de s6rogroupe A (16 isol6es de LCR et 3 de la gorge) ont la formule antig6nique suivante = A : 4 : P1.7 ce qui signifie qu elles sont du s6rotype 4 (pr6sence de la prot6ine de classe 3) du s6ro-sous-type P1.7. • Les 146 souches de m6ningocoque C provenant de LCR sont du s6rotype 2a (pr6sence de la variante a de la prot6ine de classe 2), ne r6agissant qu avec les anti- corps monoclonaux produits ?~ partir de nos souches mais avec aucun des anticorps monoclonaux dirig6s contre les 14 variants connus de la prot6ine de classe 1. Cela signifie que nos souches poss6dent un variant non encore d6crit de la protdine de classe 1. Ace variant, nous avons donn6 le nom de Pl.y. Nos souches correspondent donc ?~ la formule antig6- nique = C:2aPl.y (figure 1) Parmi les 58 souches de m6ningocoque C isol6es de la gorge, 47 rdpondent ~t la formule antig6nique suivante = C:2aPl.y. Les 11 autres se rdpartissent de la faqon suivante : C : 2a:Pl.l= 1, C : 15 : P1.16 = 3, C:4:P1.7=4, C:4:P1.5=2, C: 15:P1.7= 1. Les 4 souches de mEningocoques X ont la formule anti- g6nique suivante = X : 15. • Recherche de Pl.y chez des souches d autres provenances En 6tudiant des souches de m6ningocoque de s6ro- type 2a provenant d autres pays [offertes par W. Zol- linger et C. Broome (11)], nous avons obtenu les r6sultats expos6s dans le tableau-II. Ce tableau montre que le variant Pl.y pr6sent dans toutes les souches de s6rogroupe C isol6es au Mali, est rare ou absent dans les souches provenant d ailleurs. TABLEAU II : Recherche du nouveau variant Pl.y chez des souches de eisseria meningitidis d autres provenances Pays Nbre de souches Sdrogroupe S6rotype 2a S6ro sous-type C B P1.2 Pl.y Mali 146 146 Ita|ie 1 1 Etats-Unis 22 58 Ghana-Burkina Faso 8 8 Divers 19 19 146 - 146 1 1 8 8 1 5 1134  DISCUSSION Nos rdsultats ont montr6 une nette prddominance du mdningocoque de sdrogroupe C parmi les souches iso- ldes au Mali de 1989 h 1992. En effet ce sdrogroupe reprdsente 90 des souches de mdningocoque isol6es de LCR et 33 de celles isoldes de prdlSvements de gorge. Depuis 1988 il a supplant6 le sdrogroupe A au Mali (3), oh il est h l'srcine de toutes les bouffdes 6pi- ddmiques survenues depuis cette date (1990, 1991 et 1993). Meyran et coll. (12) ont 6galement constat6 depuis 1991 en France une augmentation de la frd- quence du sdrogroupe C en milieu militaire. Udtude des PME nous a permis de prdciser la formule antigdnique de nos souches. Ainsi toutes les 19 souches de sdrogroupe A 6tudides avaient la mSme formule anti- gdnique = A : 4 : P1.7. Le sous-type P1.7 les classe dans le clone IV. 1, ce qui les distingue des souches de mdningocoques 6tudides en France par Riou et coll. (13) qui sont du sous-type P1.9 caractdristique du clone III. 1. Le clone VI-1 est depuis 25 ans rdsident habituel de la ceinture de la mdningite. I1 a 6t6 responsable d'une grande 6piddmie dans cette zone entre 1981 et 1984 (9) et depuis lors existe g l'6tat enddmique. Les 6pidd- mies actuelles sont plut6t dues au clone III. 1 import6 b la Mecque en 1987 par les p61erins venant de Chine et du Ndpal oh ce clone est apparu en 1982 (9). Par le retour des p~lerins, le clone III-1 a 6t6 introduit au Sou- dan et au Tchad causant en 1988 de grandes 6piddmies atteignant l'Ethiopie et le Kenya en 1988 et 1989 (9). Le mSme clone a 6t6 introduit en Egypte, aux Etats- Unis et en Grande Bretagne sans causer d'dpiddmies. Le Mali en a 6t6 indemne jusqu'en 1993. Toutes les 146 souches de m6ningocoque de s6ro- groupe C isol6es de LCR et 47 souches sur les 58 iso- 16es de prdl~vements de gorge ont la mSme formule antig6nique -- C : 2a : E 1.y. Elles portent donc le nou- veau variant de la protdine de classe 1 caract6ristique des souches maliennes. Aucune des souches 6tudi6es en France par Riou et coll. en 1992 ne possSdent le Pl.y 13). Les s6quences nucl6otidiques des g~nes codantpour 11 variants de la prot6ine de classe 1 ont 6t6 ddtermi- n6es par Barlow et coll. (14), Mc Guiness et coll. (12) et Maiden et coll. (14). Les sdquences d'aminoacides qu'ils en ont ddduites ont montr6 les diffdrences anti- g6niques entre variants. Les 6tudes ont 6galement per- mis de proposer une structure secondaire sous forme d'une prot6ine transmembranaire comportant des 1135 CLAMOXYL AMOXICILLIflE. ORMES ET COMPOSITION : • Voie orale : Composition axprim~o n umoxidlliae (sues amie trihydrat~e). G~lales ~ 5fl0 mg et 250 mg: betas de 12.- Poedm oursuspeasion uvabla n sachet 250 mg oP 25 mg: bolus de 12.- Poadre our irop ~ 500 rag, 250 mg et 125 m0 : flacons anespondant 60 ml do afro0 econsliln6,suit 2 ruill~ras-mesura e 5 mh- Cemptim~s isparsiblas l g : hellas de 3 el lu 6.- Pnudre our uspension uvablo o sachet I g : boito de 6. • Vnie injectable : Compostioo ×ptim~e n emexicillino sous arina de sol sodiqea).- Poadra t sa]utioa pour usage pmant~ra[ .M. ~ 1 get 500 mg :flacon + ampoule a solvent 5 ml), bo~fas a0nties.- Poudra our sage araattilol a. ~ 2 g, 1 g nt lOO mg: flecoas, oites e 10. R~anrvti ~ I'usegn hospileliar. NDICATIONS THERAPEUTIOUES EIIes oup limti~es aex nfec0ons ues ex gmmes ensiblas ens euls manifestations . respirotoiros, • ORL t srometologiquas, r6noles t umg~a0aIas,- yn~colagiquea,- igestives t hilinime, - m~aiag6ns ban pussage e le bmd~ra m~ning~e), aptic~miqnes t andacerdi0qees our le farina iajerlable el, pour o forme omla, an trotnmool do rule's da[e vole ajectabiu, - dane o mnladio do ymn tmilemeal da n phase rimeira ~ryth~me hreaiqaa migrant) et de la phase ptimmeecondoila ~p/th~mu hroniqua migrant ssaci6 des sigoes ~n~reux uslh6nio, c~phal~as, igure, nrthrol~ios...),- aa praphylexia o I'ondocmdita ecl0tienna (formes alala el hV.). Forms 6 I g :-infections broachopelmoaoims ~v~ras t/on rhlaniqaes, - rain's de In voie parent~rala es soptic6mios, oodareldilos et m~aiag0es, - melndie de Lyma of. d-dassus, plephplaxie e I'eadacardito act61ianae. OSOLOGIE ET MODE U'ADMINISTRATION : • Voie ouale : Pouologie : Addle : Sujat norma ~tind la posologie e bose eat da I g/24 h on deux prises.• Infections ~v~res el/on chroniqaes, an pmticalinr broachapalmoneims 2 ~/24 h.- Ralois de ]e vain pareal6rala es saptic6mies, adacerd'tas t m6nin0ilas iusqu'0 6 0/24 h.- Me]adie de Lymo: fl g/24 h (jusqu'8 6 g/24 h an cos de dss~mhatian 6matog~ue).- rophylaxis e I'endocerdile ect~rieane flg en prise nique 1 haure vent o gusto ~ risque u I g p.o. apr~s 6 heums, en ralois d'uue adminisimlfon perenl6ra[e. .T.J. 6,20 ~ 32,60 F Snjet insaffisnnt~tinnl: VJdab Enfant: Lo posolo0ia at de 25 0 50 mg/kg/24 h ~ r~porBr n plesiems rises. C.T.J. 2,63 ~ fl,7fl F.-Infoclioos plus s~v~ms t/ou chloniques iusqu'~ I flO m0/k0/24 hen 3 ou 4 ptisas. Raleis es saptic~mias, ndocard'tes t m~ningtas : jusqu'O l fig mg/kg/24 h.. Maladie de Lyme 50 mg/kg/2fl h (eu mains usqu'~ 100 mg/kg/2fl an cos a dissemination 6malog~ne).. rophylaxie e l endacmdite bact~rinnaa : 75 mg/kg I heare event e gusto ~ risque ae 25 mg/kg per es opr~s 6 hauras, n raleis d'una edminislToBon elnut~mlm Mode d'administration : d. Viflol. • Voie inieatable : Pounlogie :- Vain .M. : Seine a graeil~ Adulte 2 g/24 h an 2 injections de 1 7. C.T.J. : BI,B0 F. Enfant : 50 mB/k0/24 h, an moyenaa eu 2 injections dn 500 rag. C.T.J. 24,20 P. Naurrisson= BO m0/kg/24 h. • Vein hV. : 5uiets nx nnc~oos tinelas srmnleu Seine 'indicatian, Adaltes : 2 ~ 12 g per 24 fl. Enfnnts t nonrriasons: lfl ~ 200 mg/kg/24 h. Nouveaa n~s r~matur~s n terme : PrOmoter,s • 0 ~ 7 [ours 100 m~/kg/24 h, • 7 ~ 30 jeers 10LI 1B0 mg/kg/24 h, en persian exdasivemen~ lOUVOaL~n~s itemla : • 0 ~ 7 jeans 1 lu 150 rag/k0/24 h,, 7 ~ 30 joule lflO ~ 200 mg/kg/24 h, nn parisian nvclnsivemen~ • oledia e lymo: dulte g/24 h (jasqu 8 g/24 h on cos a diss~mOletion h~maleg~no). Enfant : 50 mg/kg/fl4 b (ea moias asqu'~ 100 rag/k0/24 h au cos da diss~mina0oa ~melag~ne). PmphTJoxie o 'endnamdite oct~tianne Malta : 2 g I.V. ] heure vent e gusto ~ risque oiui d'uon admiuislrotian o 1 g par ou 6 heuias plus ord. Enfant : 50 rag/k0/hfl. 1 huam ovan~ e tiesta ~ risque eivi d'uon admiaistratian e 25 rag/k0 per os 6 haures plus lord. Inuuffisants r~naux : of. flidal. Mode d'administraNon :- Na pas iniecter pies de 1 g de Clamouyl ~ le tais chez 'adaflm • Ne pas injec~nr lau de 2B mg/kg ~ le fnis chez 'anfant. - fie poe otilisor pm vain intravaineose le salvent otrnmoscoloirm CeNTRE-INDICATIONS :. Allergie nux eatibiot'qaos de le tumille dos l-laclominas. Mononucl~ose afactiausn risque nccla de ph~aom~aas utouts). MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS D'EMPLOI : Mises en gnrde :- La sulvenue e oule maafastalian llargique mpose 'mrOl du mitument t le raise eu place d'an tmitemuat adaptS. Des r~ectiuus 'hyporsonsibilit~ enaphylaxia) s~u~res t poffois nlolos out ~t~ axceptiaanallement bsurv~ua haz os meladae lait~s par fldectamiaem Bovant es antecedents 'allergie ~/~iqaa ~ cue produ'~, la coatm4ndicotieo ust ormelle. Lyme des r~ocYom o Jmish-Hurx/mimel auuenl amenir. Ne pus elfliser par vein I.V. la solvanl hM. Pr~anuNnns d'emploi : - En cue d'insatfisance @nale, adopter a posnlngie a function de Jo clairauca do le ¢r~otinine. Cbaz e uamtissoa e maias de 3 mois, ne pus edminisfral plus da l ml/kg/j de salvant alTamuscule0e, oil 30 mg/kg/i d'aleool anzylique a otilisar amme alvaut e 'eoa p.p.i. Tonir emple da la teaaur an sodium at oo socchorose. Apr~s dministralion par voie vaineusa, lus cos de clistelluria not ~1~ observes haz des pa0ants m0~s par I'emoxicillinu odique ~ ~T~S ortos doses a adrninistr6e ens n volume e selvont osuff reat. os usuffiseats ~neux, os pi~mnlur~s l os aueeau-n~s Imms (au aisou e [ immaladl~ a In hysiolagia ~nale paadent o emaine via), ee oevaaun~s aum u uae esBctioo yd[iqee oes os m~uiagites t Cos , lodes tishydrel~s onl evaateoa xpou~s ce risffae. INTERACTIONS MEDICAMENTEUflES : * Association 6consuiJ[6e - AIIupuriael tisquu atom da ph~nem~nes oton6s. flssedoYen ~ ~madm en cnmple . Plab~n~cida retalde I'excrgon r~nele da VomoxiciUiae. GROSSESSE ET ALLAffEMENT : Grossesse : tanO omptu du passega mnsplecentaOe. llaitement : holm[s a tisqun th~atiquo a sonsibilisoton i~ eu pessotie e 'emaxk'lline duos a left mu[amel ~ I'~fat de traces, iJ o'y e pus d'affat u~feela poor I'e,fuat. EFFETS INDESIRA~LES : - Manifesta0oas [lelgiques, natemment rricatie, Oasiuaphirie, ed~mn du Ouincke, gone respiratotie, xcop0onnallemenl hoc anephy[ect~lum ErapYoas oleuses maeulopapaleusas d'otigine allergiqee ou aoa. Bxcaptianaellement, ualquns os de syndlome da Stavona- Johnson, d'tiryth~me palymorphe al de darmnlilo bulleese an aufolio0vn. - Troubles digeslifs : aaas~as, omissemani~, iarrh~es, andiflosa. Qualqnes os d'ant~racolito pseodomambraneuse pics administration 'omouiciiliao rt ~t~ reppori6s.- Plus memeat: • ~l~vnlian read,ilia at tlonsOoile d s lrensemiuoses, • a~phrito nturstit[alla aJgu~, • oa~m[e, eaaop~nie, hmmbap~aie ~ve~ibles. Pool o orme Jojocleblo, 'edmin'shatian de ortes posologios o bOtmJoctemiaas a pur2ulier chez 'iasuffsael ~r'el pout entl~ar des anc~pholapelhias. HARMACOUYNAMIE : L'emoxicilrine ut ua eatibiotiqua e le fumille des b~to-lectamineu u greope des p~nkilliaae de type k (eminop~nkillina). En Fraaca, en 1992, lO 0 30 N des paeamacaqaes ent de sunsibilit~ diminu~a ~ le p~nidlline (CMI > 0.12 pg/m]). Cetta diminuYan e I'octivit~ nt~msse outes Cos ~ta- lecfamiuas ons dos plopmiions oliables, t devlo notammaat lre prise m/compta poor e Im0nmant dus m~ning0as a reisoa do lear grauit~ of des atlos ai0u~s moyonaos 0 I'hcidenca os ouchau e sensibilt~ Jminu~a uatd~passer 0 %. LISYE .* Voie orale : • fl~lulas 300 mg (x 12) : 37,20 F. kMM 315 875.B.- G~lales 50 mg (x 12) : 23,50 F. 315 8B0.7.- ashays fl0 m0 u 12) 26,1B . ~ 315 672.5. l~hats 125 mg bx 12) : 16,90 F.~ 31f1676.0.-S~o~ 00 mg 12c.- ~3:37,2flF.~ 323 ~.2= Shop 50 mg (12 c.-mus.) : 24,1B F. AMM B21 112.8.-S0op 125 mg (12 c.-rues.) : 15,flfl F. AMM B21 110.5. - Comprim~s isparsiblas 1 g (x 3) : 19,70 F. AMM 331 981.9. • Comptim~e ispersiblas g (x 6) : 32,6(] F. ~M 330 549.6.- Sachets g (u 6) : 32,60 F. ~M 331 547.7.-Bomb. S~c. ac. 65 %-Callact. Vain inje~nble: Veia .M. . IX 1 g (1 flacon 1 ampoule) 15,90 F. A~M 32B 320.7.-I.~. 500 mg (1 flacon 1 ampoule) 12,10 F. AMM 323 321.3.. Rumb. S~c. Sac. ~ 65 %- Collecl. Vaie I.e. :-LV. 2 g (10 flecaus) ~M B52 499.fl.- I.V. 1 g (10 flacons ~ 55fl 775.fl.- hV. 500 m0 (10 flacons) ~k~ fl56 482.1.-Collect. R~se~s ~ 'usogu hospita[ier. our ne Tnfalmetion p]uu campl~te, coasuflm e DictianaeBe lidnh CLAMOXYL asp on plodait de flmithKlinn Beecham Labamtoires helmeceatiqaas. nformation m&dkaln : Leborata0a eecham• S~vigu~- , Espleaada hadau e Goalie- 2731 tiANPERRE EDEX-T~I. (1) 46.98.46.98.  r6gions conserv6es au nombre de 9 (CR1 ?a CR9) et des r6gions variables au nombre de 3 (VR1, VR2 et VR3) (15, 16, 17). Les 3 r6gions variables sont expos6es ~t la surface de la cellule, repr6sentent environ 10 de la s6quence du g6ne et contiennent les 6pitopes sp6ci- fiques des diffdrents variants. Mc Guiness et coll. (18) ont montr6 que le maximum de variations du g~ne se situait au niveau de VR1 et VR2 et ont localis6 les 6pi- topes de P1.7 et P1.16 respectivement sur VR1 et VR2. L'6tude d6taill6e des diff6rents variants de la prot6ine de classe 1 permettra de comprendre davantage les bases mol6culaires de la variabilit6 antig6nique de cette pro- t6ine en vue de surrnonter les diffcult6s li6es ~t son uti- lisation dans le diagnostic et la pr6vention des infections ~t m6ningocoque. CONCLUSION Notre 6tude vient de confirmer la pr6pond6rance du s6rogroupe C parmi les souches de m6ningocoque iso- 16es au Mali de 1989 5 1992 et de prOciser la formule antigdnique des souches 6tudi6es. La mise en 6vidence d'un nouveau variant de la prot6ine de classe 1 sp6ci- fique des souches maliennes de m6ningocoque de s6ro- groupe C augmente ainsi le nombre de variants connus jusqu'~ ce jour pour cette protdine intOressante pour la possibilit6 qu'elle offre comme candidat vaccin. SUMMARY ANTIGENIC STUDY OF 337 STRAINS OF NEISSERIA MENINGITIDIS ISOLATED IN MALI. EPIDEMIOLOGICAL AND VACCINAL INTEREST Our work was about 337 strains ofNeisseria meningitidis isolated between 1989 and 1992 in Mali; 163 from CSF and 174 from throat. Serogroup C represents 90 of strains isolated from CSF et 33 of strains isolated from throat. Antigenic structure was determined. We found that serogroup A is Pl.9 which is specific to clone IV.1 responsible for epidemic between 1981 and 1984 in Africa but actually endemic. Serogroup C has a new type of OMP1, unknown before, called by us Pl-y. Pl.y is typic to malian strains of serogroup C; it is rare or absent in strains from other countries (USA, Ghana, Burkina Faso, Italy). Key-words : Meningitidis - Neisseria meningitidis - Vaccines - Outer membrane proteins - Mall. REFERENCES 1. LAPEYSSONNIE L. - La m6ningite c6r6brospinale en Afrique. Bull OMS. 1963 ; 28 (suppl.) : 3-114. 2. TRAORE I. - Approche 6pid6miologique de la m6ningite c6r6brospi- nale (bilan de 5 ann6es d'observation 1985-1989) au lazaret des roches de Bamako. Th~se m6decine, 1989 ; n°15 ; Bamako. 3. KOUMARE B., BOUGOUDOGO F., CISSE M. et coll. - Aspects bac- t6riologiques des m6ningites purulentes dans le district de Bamako. A propos de 1541 souches bact6riennes recueillies de 1979 ~t 1991. Bull Soc Path Ex. 1993 ; 86 : 136-40. 4. FRASCH C,E., ZOLLINGER W.D., POOLMAN J.T. - Serotype anti- gens ofNeisseria meningitidis and a proposed scheme for designation of serotypes. Rev Inf Dis. 1985 ; 7 : 504-10. 5. OLYHOEK T., CROWE B.A., ACHTMAN M. - Clonal population structure of Neisseria meningitidis serogroup A isolated from epidemics and pandemics between 1915 and 1983. Rev Inf Dis. 1987 ; 9 : 665-92. 6. POOLMAN J.T. Vaccine development against meningococci. M6d Mal Infect. 1991 ;21:209-11. 7. POOLMAN J.T., TIMMERSANS J.A.M., HOPMAN C.T.P. et coll. - Comparison of meningococcal outer membrane protein vaccines, solu- bilized with detergent of C polysaccharide. Anton Van Leeuwenh. 1987 ; 53 : 413-9. 8. SAUKKONNEN K., LEINONEN M., ABDILLAHI H. et coll. - Com- parative evaluation of potentiel components for Group B meningococcal vaccine by passive protection in the infant rat in vitro bacterial assay. Vaccine. 1989 ; 7 : 325-8. 9. ACHTMAN M. - Molecular epidemiology of epidemic bacterial menin- gitis. Rev Med Microbiol. 1990 ; 1 : 29-38. 10. WANG J.F., MORELLI G., BOPP M. et coll. - Cloual and antigenic analyses of Neisseria meningitidis bacteria belonging to the ET37 corn- plex isolated from Mali and elsewhere. In Neisseria , 1990. Achtman M. et coll. (eds), Berlin : de Gruyter, 141-6. 11. ACHTMAN M., KUSECEK B., MORELLI G. et coll. - A comparison of the variable antigens expressed by clone IV-1 and subgroup III of Neisseria meningitidis serogroup A. J Infect Dis. 1992 ; 165 : 53-68. 12. MEYRAN M., DESFONTAINE M., LAROCHE R. - M6ningococcies en milieu militaire : 6mergence du s6rogroupe C. Vaccination antim6- ningococcique A + C syst6matique d~s l'incorporation. M6d Mal Infect. 1992 ; 22, HS : 18-9. 13. RIOU J.Y., GUIBOURDENCHE M. - M6ningococcies : 6pid6miologie 1987-1992. Donn6es actuelles. M6d Mal Infect. 1992 ; 22, HS : 10-7. 14. BARLOW A., HECKELS J.E., CLARKE I.N. - The class 1 outer mem- brane protein of Neisseria meningitidis : gene sequence and structural and immunological similarities to gonococcal porins. Mol Microbiol. 1989 ; 3 : 131-9. 15. MAIDEN M.C.J., SUKER J., MC KENNA A.J. et coll. - Comparison of the class 1 outer membrane proteins of eight serological reference strains ofNeisseria meningitidis Mol Microbiol. 1991 ; 5 : 727-36. 16. SUCKER J., MC KENNA A.J., BYGRAVES J.A. et coll. - The use of PCR to study class 1 outer membrane protein of Neisseria meningitidis In Neisseria , 1990. Achtman M. et coll. (eds), Berlin : de Gruyter, 289-94. 17. VAN DER LEY P., POOLMAN J. - The class 1 outer membrane pro- tein of Neisseria meningitidis :prediction of topology and construction of a multivalent vaccine strain. In Neisseria , 1990. Achtman M. et coll. (eds), Berlin : de Gruyter, 295-300. 18. MC GUINESS B..T., BARLOW A.K., CLARKE I.N. et coll. - Deduced aminoacid sequences of class 1 protein (Por A) from three strains of Neisseria meningitidis J Exp Med. 1990 ; 171 : 1871-82. 1136
Related Search
Similar documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks